O Sonno, Cipriano de Rore

CYPRIEN DE RORE: DAR L'ANIMA ALLE PAROLE

(Donner l'âme aux paroles)

Aujourd'hui, l'impact que Cypren de Rore a eu sur ses contemporains et les générations successsives, n'est pas facilement imaginable. De Rore est "le divin Cypren", une appellation qui traduit clairement l'estime dont il jouit, un attribut, à l'époque, qu'on n'accorde pas avec légèreté.

 

Sa musique ne cesse d'être publiée pendant des décennies, au-delà de son vivant: Phalèse (1573) et Gardano (1595) réalisent l'intégrale de ses motets; une extraordinaire édition de tous ses madrigaux à quatre voix est publiée en 1577 et en 1590 on en réalise une réimpression. Une foule de compositeurs se réclament comme ses disciples et dans l'oeuvre de tous les polyphonistes les plus significatifs du XVI - Luca Marenzio, Jacques de Wert, Luzzasco Luzzaschi, Orlando di Lasso, etc. - il est facile de trouver sa trace.

 

Rore est le père de cette "génération de compositeurs inquiets, mélancoliques et géniaux, lesquels, forts d'une nouvelle pharmacopée musicale, multiplient par dix les vertus efficaces de tous les ingrédients de l'écriture musicale: dissonance, modulations déviantes, fausses relations, vertiges cromatiques. Tout est permis au nom de l'expression du texte poétique."

 

B. Boccadoro