Per la mya cara - Anonyme

La gratia de voe - Anonyme

Triumpho de le done - Anonyme

Amor, tu non me gabaste - Anonyme

Morte mercé - Johannes Cornago

IL CANTAR MODERNO

Dans la production litteraire  de Leonardo Giustiniani, jeunesse et maturité lui inspirent des thématiques aux apparentes contradictions. Les années tendres de sa jeunesse sont marquées par les “Rime Amorose”, vers qui parlent la langue de la spontanéité, de l’amour, de la fable. Ceux de la maturité, consacrés aux rimes spirituelles, montrent, en revanche, un artiste sensible aux problématiques plus universelles comme la fragilité de l’existence humaine et le rapport avec le divin, la morale et l’éthique.

 

Le parcours de Giustiniani n’est pas particulièrement original: en effet dans la production artistique de la Rennaissance (Dante, Feo Belcari ou Luigi Tansillo pou la poèsie, par ex.; Lassus et Palestrina, pour la musique), cette inversion de tendance est récurrante.

 

Le modèle des artistes de l’époque, est un topos classique. Edonisme et narcisisme gouvernent la première partie de notre existence; la maturité, par contre, est l’âge de la réflexion, de la profondeur et de l’altruisme.

 

Ainsi, le “Projet Giustiniani” constitue” un excellente prétexte pour évoquer un des plus beaux thèmes de l’antiquité: le Kairos, le point critique, “il mezzo del cammin di nostra vita”, le sommet de la parabole de l’existence, le moment qui donne sens à l’avant et à l’après.